mardi 16 juillet 2019

BZZZ, BZZZ, BZZZ !

C'est un fort bourdonnement qui a tout d'abord attiré notre attention.
Les yeux scrutant les environs, nous avons découvert un nuage d'abeilles autour d'un pommier.
Puis il nous a semblé distinguer une forme blanche dans le feuillage.
Et voici ce que nous avons trouvé: 
 Oui, vous avez bien vu. Un essaim a choisi cet arbre pour construire des rayons de cire.
Nous sommes passés bien au large pendant toute la journée. Pas envie de les contrarier!
Le plus incroyable, c'est que Patrick avait tondu la veille sous le nid, qui n'était quand même qu'à 1,50 mètres de haut, sans s'apercevoir de rien.
Puis un ami apiculteur les a installées dans une ruche qu'il a emportée chez lui à la nuit tombée.
Mais c'était vraiment des vagabondes dans l'âme et le lendemain elles ont repris leur liberté et se sont envolées on ne sait où, à la grande déception de l'apiculteur. 


BONNE SEMAINE AU JARDIN!

mardi 28 mai 2019

ENCORE DES IRIS

Eh oui, quand on aime, on ne compte pas!
Alors voici une suite des iris du jardin.
Je vais commencer avec ceux dont Maryline m'a fait remarquer qu'ils étaient absents du précédent article: Giddy.
Un rose tirant sur le mauve des plus romantiques, ne trouvez-vous pas?
C'est un iris nain qui est le premier à fleurir chez moi.
Dans le jardin blanc, voici Immortality. Il est annoncé comme remontant, ce qui est le cas de nombreux iris désormais. Nous verrons si la remontée est bien à l'ordre du jour cet été.
Avec sa barbe citron, il est très lumineux. Les pétales manquent peut-être un peu de texture et semblent tout de suite près de se déchirer.
De mon ancien jardin sont venus certains iris, comme Cabaret Royale
Donegal est d'une grande douceur dans les coloris et s'accorde parfaitement avec la lavande anglaise.
La belle Florence Dayton a été la dernière à fleurir.
Outre ses couleurs magnifiques, elle se distingue par des éperons d'une longueur extravagante.
Pour en terminer avec le sujet des iris, voici les anonymes, ceux dont le nom a disparu au fil des divisions, transplantations et déménagements.
Histoires sans paroles, donc.

La saison des iris tire à sa fin. A bientôt pour la suite des floraisons dans mon jardin entre terre et mer.

BONNE SEMAINE AU JARDIN! 












vendredi 17 mai 2019

IRIS!

La voici revenue, la saison des iris que j'adore (vous ai-je déjà dit que c'était ma fleur préférée?).
La Bretagne n'est pas terre d'iris; humidité et acidité n'ont pas leur faveur mais j'arrive à avoir des fleurs lorsque je soigne bien la plantation: terre additionnée de sable et chaulée chaque automne.
Moyennant quoi je vous présente un échantillon de ceux qui ont bien voulu faire des efforts et m'honorer de leurs couleurs fabuleuses.
Les iris de Californie ouvrent la saison. Ils sont des exceptions dans la famille des iris car ils apprécient l'humidité hivernale, l'acidité et un bon paillage à leur pied.
Voici "Cap à  l'Ouest"
 "Trésor de Molène"
et "Joyau d'Iroise" pour qui je n'ai pas fait de photo. Je vous présente donc celle du site des Iris de la Baie.
http://iris-de-bretagne.imingo.net
Ils forment de grosses touffes, pour peu qu'ils aient la place pour s'étaler, mais leur division est délicate : il faut attendre la reprise de végétation avec les pluies d'automne et les replanter sitôt la division faite, si bien que je n'ai pas encore osé me lancer.

L'iris confusa, que certains appellent "iris bambou", est très original par ses longues tiges portant des chapelets de fleurettes adorablement dessinées. Aussi précoce que les californiens, il éclaire le pied du chêne des marais auprès duquel il semble se plaire.
 Allez, on passe aux choses sérieuses avec les grands iris des jardins, les germanica. Ceux sont eux les plus beaux, les plus grands, les plus colorés, les plus fantastiques, les plus ... Bon, j'arrête là et je passe aux photos.
Tout d'abord un souvenir de mon ancien jardin, que j'ai cru perdu et qui vient de réapparaître ce printemps : Vanity. Un rose tendre et uni à barbe orange et au parfum délicieux. J'y tiens car c'est tout simplement mon premier iris, acheté il y a 35 ans.
Voici ensuite un petit modèle, trapu et costaud, aux teintes chaudes et saturées : Garnet Slippers et son éclatante barbe orange. Je l'ai installé en avant du physocarpus Amber Jubilee et je suis contente de l'effet rendu.
Non loin de là, et fleuri en même temps, c'est Innocent Star qui révèle des couleurs plus subtiles.
Les nouveautés arrivées à l'automne dernier sont devant la maison.
Il y a Argoat, une beauté bicolore et gourmande :pêche et framboise pour les pétales, orange pour la barbe.
 En vue plongeante:
A ses côtés se dresse le délicat Bewitchment.
Je vais clore la série (pour cette fois, car j'en garde en réserve!) avec la splendeur qui s'est dévoilée aujourd'hui-même: un bouton qui n'en finit plus de s'ouvrir jour après jour, un chaud coloris brun qui apparaît. 
A quoi ressemblera la fleur finale?
Réponse ce matin:
Notez une petite bizarrerie: une barbe jaune et une barbe violette. Cela signifie-t-il que cet iris n'est pas vraiment fixé? En tout cas, je l'adore!
Quel est son nom, me demanderez-vous? Eh bien, honte à moi, j'ai oublié de le noter. Il semblerait que ce soit Toul ar Sarpen, mais je ne garantis rien. 
Tous mes iris aux noms bretons viennent du producteur et obtenteur "Les Iris de la Baie", chez qui je m'arrête à chaque fête des plantes lorsqu'il y est présent.

C'est fini pour aujourd'hui, mais j'aurai un jour d'autres iris à vous montrer. Je vous l'avais bien dit, que c'était ma fleur préférée!

BON WEEKEND AU JARDIN!






dimanche 5 mai 2019

ANGELIQUE, MARQUISE DE ... MON JARDIN

Non, non, rassurez-vous, je ne vais pas vous parle de Michèle Mercier, mais de cette plante somptueuse qui orne cette année un massif du jardin.
Issue de graines données par ma voisine ( à qui il faudra que je demande sa recette de liqueur d'angélique), elle est apparue sous forme de petits plants, que j'ai peut-être un peu trop laissés traîner en pots avant de les installer en pleine terre. 
Résultat : cette bisannuelle est devenue pour le coup une "trisannuelle", entendez par là qu'elle a tranquillement attendu une année de plus pour faire ses fleurs.
Mais quelles fleurs! 
Elles sont portées très haut, à deux mètres environ, au bout de tiges solides.
 Le contraste de couleurs est magnifique : tiges violacées , feuilles et fleurs vert acide.
Leur taille permet de les admirer à contre-jour sans devoir s'agenouiller ni se mettre à plat ventre (alors que les hellébores, si!)
Le ciel en arrière-plan, c'est joli, mais le jardin n'est pas mal non plus, avec le céanothe en fleurs et les arums.
Les fleurs ont la particularité d'attirer de nombreux insectes : mouches et guêpes de toutes sortes, et aussi les frelons asiatiques, ce qui m'a donné l'opportunité d'en dégommer deux ou trois.
 Alors, Angélique, Marquise des mouches?

BON WEEKEND AU JARDIN!


mercredi 10 avril 2019

TRAVAUX DE PRINTEMPS

Depuis plus de deux mois les pommes de terre germaient dans la véranda, attendant des jours cléments pour être mises en terre.
C'était avant-hier que le calendrier a dit "Allez, zou! On y va."
Je ne plante pas de grosses quantités : 25 plants de Dolwen, 25 plants d'Aliénor. L'idée est de goûter de savoureuses pommes de terre maison, pas de produire de quoi tenir un siège.
Ces variétés ravissent tellement mes papilles depuis plusieurs années que je ne songe pas à en essayer d'autres.
Après les légumes, les fleurs!
Pour mettre en place une bouture de rosier Jacques Cartier qui patientait (avec de plus en plus de mal) dans un petit pot depuis deux ans, il m'a fallu deux heures de travail acharné.
Dégager l'herbe qui avait poussé dans du grou puis le lit de caillasse qui s'était bien compacté au fil des ans n'a pas été une mince affaire. Heureusement je commence à bien connaître mon terrain et je me doutais que je trouverais là-dessous une bonne terre de jardin. Je vous laisse admirer le tas de cailloux que j'ai retiré.
Tout ça . . .
 . . . pour ça!
Incroyable qu'un si petit trou ait pu contenir autant de cailloux!
Et voilà le travail!
Paillage, arrosage, je n'ai rien oublié pour que ma bouture se remette de son déménagement et se plaise dans son nouvel environnement.
Le  brave Surcouf a observé avec attention mon travail, comme à son habitude, et semble satisfait du résultat.
Allez, pour terminer je vous propose d'admirer comme je l'ai fait la magnifique lumière rose doré qui enveloppait le jardin au lever du soleil.
BONNE SEMAINE AU JARDIN!

samedi 6 avril 2019

LE RÉVEIL AU JARDIN JAPONAIS


Au jardin "japonais" au coin de la véranda, il y a du nouveau.
Le feuillage tendre et vif à la fois de l'Acer Emerald Lace apparaît , comme un délicat pointillé.
Je me demande à quoi cet arbuste va ressembler dans les années qui viennent, mais pour le moment il pousse surtout en largeur, étendant ses branches souples jusqu'à terre.
C'est l'heure du réveil aussi pour les fougères. Ici, je crois reconnaître Dryopteris erythrosora qui déploie des frondes rouges. .
Première feuille pour l'heuchère "Solar Eclipse". Au fil du temps son centre va foncer et conserver un pourtour clair, évoquant une éclipse solaire totale. 
Je ne sais pas si vous avez déjà eu la chance d'en observer une, mais c'est tout à fait ce rendu: un disque noir qui brille dans le ciel. C'est fabuleux!
Petit coup d’œil sur les succulentes tapissantes. Rien à redire: elles sont nickel et préparent leur floraison.   

Allez, on passe sur la terrasse pour admirer les potées de tulipes.
Vous avez aimé ces coloris pastel? Moi aussi, et j'ai été d'autant plus mécontente de trouver celles-ci à la place des rose saumoné que j'avais commandées:
Passe encore pour les doubles pourpre, mais alors ces Triomphe jaune vif!

Allez, on oublie ces petites contrariétés, le principal n'étant pas la nouvelle du jour?
Les hirondelles sont arrivées!  

BON WEEKEND AU JARDIN!