mardi 9 février 2016

RÊVE DE POTAGER

C'est la tempête en Bretagne, depuis déjà trois jours, et entre le vent et la pluie il n'y a pas moyen de mettre les pieds au jardin.
La terre s'est transformée en une espèce de bourbier dans lequel je m'enfonce jusqu'au bord de mes sabots en plastoc véritable, quand l'eau ne passe pas carrément par-dessus.
Le ciel reste noir et pas du tout engageant...
Alors que faire pour travailler quand même pour mon jardin malgré les éléments qui se liguent contre moi? (Et non, non: je n'en fais pas une affaire personnelle. C'est pareil pour les autres)
Tirer des plans sur la comète en feuilletant les catalogues? Bâtir des châteaux en Espagne en surfant sur les sites de pépiniéristes?
Ou ressortir ma bonne petite plaque alvéolée, tout autant en plastoc que mes sabots, et préparer les futures récoltes du potager?
Ceux qui ont fait le choix 3 ont gagné.
Un peu de Terreau du Père François de chez Or Brun dans les petits compartiments, exposition quelques minutes à l'air libre pour que le terreau soit bien imbibé de l'humidité ambiante, qui aura au moins servi à ça, et le semis peut commencer.
Petit aparté: pourquoi le Terreau du Père François? Parce qu'il est compatible avec la culture biologique et qu'il ne contient pas de tourbe, cette matière première pillée à toute allure et qui a besoin de 1000 à 7000 ans pour se constituer.
Pour mon premier semis de l'année, je fais salade - tomate.
J'ai reçu en cadeau de Promesses de Fleurs un petit sachet de graines de tomates cerises "Black Cherry".  La Bretagne n'est pas le pays de la tomate en liberté, mais elles réussissent très bien sous serre, et Patrick a construit cet hiver une serre totalement récup'. Elle est faite de menuiseries provenant de divers chantiers, voire de la déchetterie.
Cette année sera donc celle de l'inauguration. L'exposition est plein sud et j'espère y voir prospérer mes tomates, mais pour le moment le semis sera installé au chaud dans la maison.
Pour semer mes toutes petites graines avec précision, j'adopte la méthode "pince à épiler". Par précaution, je mets deux graines par alvéole. Si elles germent toutes les deux, seule la plus vigoureuse sera conservée.
Et voilà! J'ai fait 15 alvéoles de tomates, et autant de salades.
Pour celles-ci j'ai choisi "Reine des Glaces", dont je raffole du croquant.
Le terreau est tellement humide que je recouvre le tout du petit toit transparent sans passer par la case "pulvérisation d'eau".
Un peu de patience, un peu de surveillance, un peu de chasse aux chats qui pourraient vouloir monter dessus, et ça devrait marcher.
Et vous? Avez-vous commencé à semer les frileuses?


BONNE SEMAINE AU JARDIN!

10 commentaires:

  1. C'est une bonne avancée avec ce temps tempétueux au dehors. A l'intérieur les semis vont pouvoir se réaliser ! Bonne soirée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ma région, impossible de faire des tomates sans semer à l'intérieur. Merci de ta visite. Bonne journée;

      Supprimer
  2. Tu commences tôt me semble-t-il ? Mais bon je ne suis pas une spécialiste ! Du coup je m'interroge et vais creuser le sujet. A bientôt chère Michèle ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Février, c'est le bon moment pour les tomates. Quant aux salades, elles n'auront aucun problème pour leur acclimatation au jardin ou dans la serre, selon météo. De plus, je les fais en petites quantités pour pouvoir renouveler régulièrement. Je donnerai des nouvelles, que la réussite soit au rendez-vous ...ou pas! Bisous Chantal.

      Supprimer
  3. J'admire ton travail d'hiver... Mais surtout la serre! Une idée géniale, le résultat est joli en plus! Elle inspire une cabane à merveilles, sûr que tes petites graines y seront à l'aise, une fois le beau temps revenu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la réalisation de la serre, je transmets les félicitations à Monsieur,qui y a passé son hiver! Absolument est issu de récupération. Le toit est notre ancien toit de véranda, que nous avons fait remplacer par une toiture isolante pour en profiter toute l'année. J'ai super-hâte d'y voir les tomates s'élever jusque.. où elles voudront bien. Bisous Gine.

      Supprimer
  4. ça y est, je suis hystérique : ta serre !!!!! Ohlalalala mais que c'est génial cette idée ! Si je peux suggérer que Monsieur prenne le clavier pour nous expliquer la mise en oeuvre, je serais hyper heureuse. Cette récup' est tout en charme et je rêve d'avoir la même chose. Vive la tomate bretonne sous serre (du reste, chez moi elles poussent pas parce qu'elles brûlent sous le cagnard d'été). Bravo et encore bravo ! Plein de grosses bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas parce qu'il veut garder le secret, mais je vois mal Patrick donner les plans de montage de la serre, car il n'y en a pas. Il s'est débrouillé pour assembler comme il pouvait les fenêtres et les portes récupérées pour la plupart à la déchetterie, et les fixer sur des montants constitués de chevrons. Pour l'étanchéité (toute relative), il a utilisé des petits bouts de ceci ou de cela: chutes de lambris, et quand même un peu de plexiglas acheté en grande surface de bricolage. Nous avons la chance d'avoir une déchetterie qui accepte la récupération, c'est loin d'être partout le cas! Voici le genre de page Internet qui l'ont guidé.http://www.antik-natur.de/blog/10-diy-gewachshauser-aus-alten-fenstern-und-turen.html Après, tout dépend du temps et des facilités que tu as pour trouver des menuiseries aux dimensions qui te conviennent.Bisous, Aline, et si tu te lances à ton tour, tiens-nous au courant.

      Supprimer
  5. c'est une serre superbe,(bravo à ton homme) mon voisin a "bricolé" la même, avec des fenêtres récupérées (comme chez vous), il n'est pas passé par la case "architecte", mais il m'a assuré avoir des tomates délicieuses! (je ferai une photo et je te l'enverrai)! comme toi je vais faire mes semis de tomates demain pour la serre,(jour racines) et en mars, ceux des tomates du potager, et bientôt les semis des toutes les fleurs que j'ai reçues au SOL (voir mon billet là dessus le 1er janvier),
    je te souhaite une belle réussite dans tes semis! bises de pas loin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous espérons bien nous régaler pour la première fois de tomates pas touchées par le mildiou. Bisous.

      Supprimer